Photo: SOON AGENCE

Photos : SOON AGENCE

   JEAN-EDERN HURSTEL  X  UNE HISTOIRE DE CHEF

By : Mário de Castro

Dès la première rencontre, Jean-Edern Hurstel s’avance vers vous et vous déclare : « Edern est le restaurant de ma vie, à quelques pas des Champs-Élysées. 

Ce Strasbourgeois, la petite quarantaine, ancien candidat de Top Chef (2014), au regard déterminé respirant la santé, affiche un appétit pour la bonne cuisine qui va de pair avec sa tête. Que demander de plus à un chef que l’amour de cuisiner et être motivé chaque jour par la confection d’une cuisine respectueuse du terroir et des saisons ?

Après avoir traversé les étapes d’apprentissage chez les grands chefs, c’est au Peninsula Hotel, à Paris, qu’il assoit sa notoriété, en devenant le plus jeune chef français à diriger les cuisines d’un palace parisien.

« On est heureux avec ce que l’on a. Moi ce qui me motive chaque jour au réveil c’est d’aller dans mon restaurant et donner aux gens du bonheur. Je considère que je pratique le meilleur métier du monde : faire à manger et en vivre. J’espère pouvoir le faire aussi longtemps que possible et vivre de ma passion de cuisiner. » dit-il.

Pour concrétiser son rêve du restaurant de sa vie, le chef a fait appel au designer anglais Paul Bishop (Bishop Design) qu’il a côtoyé à Dubai. Jouant sur les différents espaces répartis sur presque 400 m2, l’atmosphère des deux niveaux fait la part belle aux teintes de beige, champagne et cuivre. Un coin bar dès l’entrée, une cabine DJ pour les différentes animations nocturnes, une salle sous la verrière pour les grands dîners entre amis, une alcôve pour les dîners discrets et un Crudo Bar lounge et fumoir au sous-sol. Le salon principal oscille entre une décoration club lounge et des œuvres d’art détonantes de la pop culture.

« J’ai un net penchant en tant que chef pour le côté salé, sûrement à cause de mes expériences vécues en Asie et au Moyen Orient et surtout à Dubai où j’ai officié pendant sept ans d’affilée. Du Moyen Orient, j’ai retenu l’idée du partage et la façon de servir de multiples entrées sur la table avant tout plat…et de l’Asie des goûts plus incisifs avec une certaine acidité. C’est pour cela que sur ma carte au EDEN, on suggère que les entrées soient partagées. Ma carte respecte les saisons et en l’occurrence est sans cesse renouvelée. »

Créer une ambiance et un souvenir au-delà de ce qui se passe en bouche sont les motivations majeures de notre Chef... 

Quid de la modernité dans la restauration ?

« Elle évolue comme la langue parlée. On aborde en permanence un virage en testant l’expérience clients. Rappelons-nous que l’on ne cuisine pas pour nous… pas question de flatter son égo. On cuisine pour les clients et l’évolution c’est le bien manger dans le respect des saisons. Les clients demandent à être bien servis dans une belle ambiance, mais attention, il vaut mieux créer une émotion vraie en bouche dans une atmosphère propice à cette dégustation. 

Trois mots qui vous définissent ?

« Créer un souvenir émotionnel. »

À très bientôt sur la terrasse de l’Edern .

À l’Eden… beaucoup de nouveau.

www.edern-restaurant.com

Photos : SOON AGENCE

Share