TOUTE UNE HISTOIRE…

10 ANS DU PRIX LITTERAIRE DE LA CLOSERIE DES LILAS

by Olivier Descoins

Promouvoir la littérature française écrite par des femmes, c’est la mission du prix de la Closerie des Lilas.

Chaque année depuis 10 ans, ce prix est décerné par un jury exclusivement féminin.

Il récompense, en toute indépendance,  une auteure publiée lors de la rentrée littéraire de janvier.

C’est un homme qui aime les femmes. Claude Lelouch fut le président d’honneur du jury composé cette année de Lydia Bacrie, Victoria Bedos, Bérénice Bejo, Claire Chazal, Catherine Clément, Diane von Furstenberg, Emmanuelle Devos, Daniela Lumbroso, l’artiste Orlan ainsi que des six membres permanents du jury : Emmanuelle de Boysson (Présidente du prix), Tatiana de Rosnay, Jessica Nelson, Carole Chrétiennot, Stéphanie Janicot et Adélaïde de Clermont-Tonnerre.

Benjamin Biolay, un autre amoureux des femmes, avait accepté d’être l’invité d’honneur de cette édition si particulière.

Dès 20h, une foule se presse devant la légendaire brasserie  de la rive gauche. Des têtes connues et moins connues patientent tranquillement sous le regard des badauds et des touristes du quartier.

Cette édition a un parfum particulier puisque c’est déjà le 10ème anniversaire du prix.

Pour l’occasion, de nombreuses personnalités avaient fait le déplacement. On a pu croiser Patrick Poivre d’Arvor, Aure Attika, Sarah Guetta la coiffeuse-star du cinéma français, Frédéric Beigbeder posant parmi les lilas, Zoé Félix, la très rare Danièle Thomson, Emmanuelle Devos, Philippe Vandel, Christine Orban , Christophe Barbier venu avec son éternelle écharpe rouge et Axelle Laffont.

C’est Oriane Jeancourt Galignani qui a été récompensée cette année pour son roman « Hadamar » (éditions Grasset). Elle devient désormais l’invitée privilégiée de la mythique brasserie pour l’année à venir pour un montant de 3 000 euros.

C’est déjà le troisième roman d’Oriane qui raconte le retour, à la fin de l’été 45, de Frantz, journaliste déporté à Dachau, dans sa ville d’Hadamar en Allemagne où il se heurte au silence des habitants et à un mystérieux secret qui plane sur l’hôpital psychiatrique…

En parallèle, l’Académie des Lilas, qui récompense chaque année une personnalité féminine choisie pour son action en lien avec les mots et l’écriture a sacré Véronique Samson qui semblait très touchée d’être élue « Femme de l’année 2017 ».

 

En 2016, le prix de la Closerie des Lilas avait été attribué à Julia Kerninon pour « Dernier amour d’Attila Kiss » (éditions du Rouergue).

 

 

By Olivier Descoins

Share