L’ironie de l’histoire en plein Brexit a incité la maison Ruinart à accueillir en 2020 à Reims un artiste britannique qui aime à tourner en dérision sa vision du monde.

Jetant son dévolu sur Ruinart, David Shrigley a créé un ensemble de 36 dessins et gouaches, 3 néons, 2 céramiques et 1 porte.

C’est lors de sa toute première découverte de la Maison Ruinart en Champagne que David Shrigley, arpentant les caves et les vignobles, tellement impressionné par sa visite a tenu à traduire dans ses œuvres son ressenti.

L’artiste, jamais en manque d’humour, a réussi à établir un véritable dialogue entre la nature et le fruit de ses vignobles au travers de la tradition perpétuée par la Maison Ruinart, première maison de champagne créée en 1729 à Reims, qui réitère chaque année sa collaboration avec un artiste contemporain international.

David Shrigley avoue d’emblée : « Lorsque l’on décide de faire une œuvre sur le thème de la fabrication du champagne, il faut visiter plusieurs fois la région champenoise ; il faut échanger avec les professionnels en les écoutant attentivement, puis visiter les crayères, les vignes et les installations de production ; il faut apprendre aussi à déguster du champagne. »  

UNCONVENTIONAL BUBBLES

BULLES SINGULIÈRES

« Pour ce projet j’ai fait cent dessins, basés sur mon expérience à la Maison Ruinart, à Reims. J’étais conscient que moins d’un tiers seraient utilisés et que deux sur trois seraient jetés. Cela fonctionne souvent ainsi. Si je veux trente dessins, je dois en faire quatre-vingt-dix et parfois plus » déclare David Shrigley.

On adore les néons évoquant l’invisible processus de fabrication et surtout on s’interroge devant tant d’élans de poésie qui ont inspiré des céramiques hors norme qui capturent l’odeur des crayères où vieillissent les iconiques champagnes de Ruinart. À chaque visiteur son interprétation d’un monde en ébullition, entre fabrication et dégustation.

JEROBOAM EN EDITION LIMITEE

David Shrigley a imaginé une œuvre en édition limitée pour servir d’écrin à un jéroboam de Blanc de Blancs, l’emblème du goût Ruinart. C’est la première fois qu’un artiste intervient directement sur l’emblématique flacon Ruinart, dont la forme est héritée du 18ème siècle.

Chacun des 30 coffrets est numéroté et signé par l’artiste. Il s’orne d’un damier reprenant l’un de ses dessins. Le coffret se métamorphose en seau à champagne au moment de la dégustation dont la base peut accueillir de la glace pour rafraîchir les cuvées de la Maison.

Une expérience inédite entre contemplation d’une œuvre d’art et dégustation d’un champagne dont la renommée n’est plus à faire.

Les œuvres seront exposées au public en France lors des foires de la FIAC, du 22 au 25 octobre 2020 et PARIS PHOTO du 12 au 15 novembre 2020.

www.ruinart.com

Share